Des voix au chapitre
Soutenir la librairie L’embarcadère à Saint Nazaire

Accueil > Des échos du Comité de lecture > Comité de lecture essai du 20 janvier 2018

Comité de lecture essai du 20 janvier 2018

mercredi 31 janvier 2018, par Sarah Trichet-Allaire

Suite à la lecture du livre de Chimamanda Ngozi Adichie, plusieurs réflexions sont échangées au sein du comité.

Est-ce que valoriser à l’extrême est une bonne chose ?
Les compliments font que des choses paraissent exceptionnelles alors qu’elles sont normales.

Anecdote.
Au Centre d’Information et d’Orientation, des fiches métiers proposent différentes raisons de s’orienter vers telle ou telle filière. Une de ces raisons était « parce que c’est un métier d’homme » (sic). Très révélateur de notre société ! Et inquiétant car cela peut influencer profondément les jeunes.

Quand on a besoin des femmes dans certains métiers, comme pendant les guerres, tout va bien - tout comme les étrangers. Mais ensuite, c’est retour à la maison ou dans son pays.

2e anecdote.
Les jouets pour enfants dans les magasins sont bleus ou roses. À la demande d’une serpillère en jouet pour un garçon, d’une autre couleur que rose. Cela existait dans la réserve, mais pas mis en rayon.

Le livre prône l’égalité sans dévaloriser les hommes. Il permet d’apercevoir aussi les codes sociaux du Nigeria - comme dans Americanah.

On aimerait avoir cependant l’équivalent pour les garçons ! Quels conseils pour une éducation non sexiste pour les garçons ?

Digression sur le féminisme

Sur les relations qui peuvent être conflictuelles, sur les joutes verbales qui peuvent être intéressantes à condition d’être dans l’écoute. Ce qui est compliqué quand il y a un public, comme sur les réseaux sociaux.

Sur les tâches ménagères que les hommes ne pensent pas à faire. Les femmes pourraient ne pas faire la lessive pour aller au bout de la démarche, et ne pas faire à la place de. Mais si cela demande d’autant plus de travail pour trier, est-ce vraiment intéressant dans le cadre d’une double ou triple journée ?

Sur le travail : c’est toujours les femmes qui suivent les hommes qui trouvent un travail dans une autre ville, et jamais l’inverse.
En tant que femme, il faut aussi s’imposer.

La parité est un outil qui peut avoir des inconvénients. Mais on est formaté pour penser à des hommes, qui sont plus visibilisés que les femmes.

Prochaine lecture

Vous faites quoi dans la vie ? de la coopérative Dire le travail, avec Patrice Bride et Pierre Madiot.
Une rencontre est prévue le mardi 13 mars avec Pierre Madiot.
Ce moment remplacera notre prochain comité de lecture.
L’association achètera un exemplaire pour le faire tourner.

Répondre à cet article